Cecilia Dillon, sauvages poésies du collage

« L’esprit qui plonge dans le surréalisme revit avec exaltation la meilleure part de son enfance » André Breton. Manifeste du surréalisme.

Vous connaissez tous les découpages-collages de Matisse, la délicatesse et simplicité de l’acte, comme un jeu d’enfant. Cet art faussement naïf ou anodin serait-il peut-être une révolte des formes, celles des objets, des paysages et des êtres ?

Cécilia Dillon a suivi des cours d’Histoire de l’Art à Buenos Aires et vit aujourd’hui à Londres où elle a plusieurs fois exposé ses travaux de collages (notamment à la Saatchi Gallery et à The Brick Lane Gallery). Ses compositions incorporent ses rêves et vies intérieures, ses questionnements devenus chair de papier et de couleurs. Son univers artistique, elle l’emprunte tout à la fois au Cubisme, au Surréalisme, au Dadaïsme, ainsi qu’aux artistes telles que Yayoi Kusawa, Hannah Höch et Pipilotti Rist. En osant la juxtaposition de découpes d’images, ces fragments de réalités, en se côtoyant, créent une nouvelle réalité, originale et amusante mais irrévérencieuse (ces « paysages dangereux » dont parle André Breton).

On pourrait croire à un cabinet des curiosités couché sur papier, en surface plane.

Dream number 3
Dream number 3

L’art du collage a son langage pictural dont les compositions s’arrangent de l’étrange, miroirs des émotions de l’artiste, de ses rêves et inquiétudes.

Les réalisations débutent et s’exécutent en musique, elles portent souvent les noms de celles qui les auront inspirées, ou d’une citation qui aura portée leur avènement sur la toile. L’usage des figures, corps et motifs suggère un espace en profondeur au point qu’on les imagine aisément se mouvoir, chaque élément en conversation avec les autres, peut-être ce que Matisse nommait « la question de l’espace vibrant » (Les Heures Azuréennes, André Vernet, 1970). Des dessins animés donc, par le désir de l’artiste à projeter devant elle ce que le rêve et l’inconscient permettent absolument : la liberté de l’usage des formes, la création de sa propre mythologie.

L’intimité féminine est au cœur de cette femme sauvage qui courre avec les loups (pour reprendre le titre du livre de Clarissa Pinkola Estés, Femmes qui courent avec les loups). Elle vole avec les poissons, s’arroge des têtes d’oiseaux de papillon ou de fleurs, cherche et enquête sur les mystères de son « être femme », utilise des images de l’Histoire de l’art et les détourne.

A lick of Yesterday
A lick of Yesterday

Comme dans le livre cité, Cecilia Dillon parcoure ses rêves et instincts pour y déchiffrer le savoir primordial et créateur de la femme, sa communauté avec la Nature. Aussi la redistribution des formes crée une déstabilisation perceptive qui intrigue. Le subversif est caché dans l’esthétisme, la magie et sorcellerie féminines dans l’harmonie des formes du photomontage, le Dionysiaque dans l’Apollinien. L’histoire d’une tentative de transfiguration.

Les visages des femmes de Man Ray naissent des montagnes sous les yeux d’un pigeon au chapeau, des corps, souvent des nus dansants ou lascifs, posent au milieu d’algues rouges, la Vénus de Milo à tête fleurie siège dans la forêt et celle de Botticelli s’est peinte le visage en bleu comme Pierrot le fou (cf Film de Jean-Luc Godard). En vérité, chaque collage est unique, raconte une histoire que vous pouvez vous même inventer.

When things come to full circle 200
When things come to full circle

Cecilia Dillon est une « femme kaléidoscope » ( n’est pas le cas de toute identité humaine? ), elle se dédouble indéfiniment dans les jeux des dispositifs spaciaux aux styles disparates, projections de son âme primitive à l’appétit de ne pas « mal » grandir, de danser avec les étoiles.

Cécilia Dillon réalisera pour vous un collage selon vos envies, donnez lui le ton et les figures (prix sur demande). Vous pouvez contacter l’artiste:

email: cecidillon22@gmail.com

Instagram: cecidilloncollages

https://curiousimpacts.com/cecilia-dillon-artist-collagist-self-portrait/

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Video collage « Melancolia ». Musique © Petit Biscuit, Sunset Lover

A propos curiousimpacts.com

La rencontre avec les oeuvres d'art crée un impact émotionnel. Je souhaite essayer ici de le traduire en mots, espérant aiguiser votre curiosité et vous amener à l'envie de les découvrir aussi. I wish I could share with you some experiences in art that have created an impact on my feelings, expecting poking your own curiosity and leading you to discover them by yourself.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s